Gel tardif d’avril et ses conséquences

13256552_1149328738424031_4916847823447504746_nAvec une nuit de gel fin avril, les dégâts sont maintenant bien visible sur une partie d’une parcelle située à Epfig. On observant de plus prêt, on constate également des impacts de grêle sur les quelques feuilles restantes, sans doute lors d’un orage d’il y a une dizaine de jours.

Tisane de prêle des champs

 

Aider la vigne à résister grâce à la prêle des champs ainsi qu’avec des orties. La prêle des champs pousse naturellement dans les sols gorgés d’eau. Sa vertu principale est d’être très anti-cryptogamique – c’est-à-dire qu’elle résiste au mildiou  –

Récoltée l’an passé à la fin de l’été, quand la concentration en silice est la plus élevée, elle se prépare en tisane que l’on diluera au moment du traitement.

Mais pour quel avantage? L’idée principale est de pouvoir utiliser moins de cuivre. Le même principe à partir des orties. Elles sont récoltées fraîches, on sélectionne celles ne possédant pas de fleurs. Le purin se prépare en décoction pendant une semaine puis dilué en application lors du traitement.

 

Orage de grêle

Résultat au 14 juillet de l’orage de grêle du 29 juin 2012 dans une parcelle de pinot noir située à Epfig. On observe un début de cicatrisation pour les baies les moins touchées. En moyenne pas plus de 15% de dégâts car les vents venant de l’ouest n’ont affectés qu’un côté des grappes.